Si la pandémie de la Covid-19 a conduit à une forte réduction de la consommation mondiale de sucre, de l’ordre de 2,1 millions de tonnes (Mt), l’augmentation de la production de sucre au Brésil suite à la faible demande d’éthanol entrainant les usines brésiliennes à augmenter la proportion de canne à sucre qu’elles utilisent pour fabriquer du sucre plutôt que du biocarburant a conduit à une forte réduction du déficit mondial en sucre en 2019/20, selon l’Organisation internationale du sucre (ISO). En effet, le déficit en sucre a été ramené à 136 000 tonnes en 2019/20 contre 9,3 Mt anticipé au mois de mai par l’organisation internationale (ISO).

L’ISO a également communiqué hier ses premières prévisions pour 2020/21 tablant sur un déficit mondial de 724 000 tonnes avec un rebond de la consommation mondiale estimée à 2,6% à 174,19 Mt tandis que la production progresserait de 2,3% à 173,46 Mt. En juin dernier, le courtier et analyste INTL FSCStone anticipait un excédent de 0,5 Mt. (Lire : La récolte record du Brésil conduira à un excédent mondiale de sucre en 2020/21).

«Bien qu’il soit largement perçu que la pandémie ne s’arrêtera pas tant qu’un vaccin n’aura pas été trouvé, l’impact sur la consommation mondiale de sucre a jusqu’à présent été défini comme une fonction d’une restriction des déplacements et de la consommation hors du domicile plutôt que d’un changement habitudes de consommation », estime l’ISO. Du côté de la production, l’ISO attribue la hausse à une reprise de la production indienne à 31,5 Mt, contre 27,2 Mt en 2019/20 ( Lire : Avec une excellente mousson, les récoltes agricoles en Inde s’annoncent record). Une progression en partie contrebalancée par une baisse prévue de la production au Brésil à 34,7 Mt contre 37,4 Mt en 2019/20.

Les prix du sucre brut ont grimpé d’environ 20% depuis la dernière analyse trimestrielle de l’ISO en mai.

Par Commodafrica

Comment here