La connaissance des mécanismes de formation des cours internationaux est essentielle dans la prise en charge par les opérateurs de la commercialisation extérieure. Elle en outre de définir des stratégies adéquates en fonction de l’évolution du marché, de son environnement et du positionnement recherché par l’opérateur. La base de cette analyse repose sur les composantes de ce marché, à savoir:
_ le marché à terme;
_ et le marché du physique.

I – LE MARCHE A TERME
1. Historique
A l’origine, les marchés de matières premières étaient un lieu d’échanges des produits de base (café, cacao, sucre…) disponibles immédiatement entre les vendeurs et les acheteurs.
Le développement du commerce a créé des courants d’échanges sur des distances de plus en plus éloignées et pour des livraisons différées plutôt qu’immédiates ou spot.
de ce fait, pour faciliter les échanges; ceux-ci ont été organisés et codifiés. Par la suite, le développement du transport a rendu les dates de livraison beaucoup plus certaines de sorte qu’il a été possible de créer un marché un marché du terme plutôt que du disponible ou du physique. Cette évolution a favorisé de nouveau types d’échanges, pas de marchandises mais de promesses de livraison ou d’acceptation de livraison qui ont donné naissance aux bourses de produits de base ou marchés à terme.

2.Définition
Un marché à terme est un lieu d’échanges de contrats standards d’un produit donné disponible dans l’avenir.

3. Objectifs
Les objectifs du marché à terme sont:
a) préserver les opérateurs des risques de fluctuations des cours non couverts par les polices d’assurances;
b) assurer une meilleure liquidité du marché par la présence d’autres opérateurs notamment les spéculateurs de sorte que celui qui veut vendre ou acheter puisse le faire à tout moment;
c) effectuer des opérations d’achat ou de vente de produit physique sur le marché à terme;
d) donner une valeur de base aux produits physiques.

4. Les principaux marchés à terme
Il existe deux(02) principaux marchés à terme, à savoir:
– la Bourse de Londres: le LIFFE – London International Financial Futures Futures and option Exchange;
– la Bourse de New York: le CSCE New York Coffee Sugar and Cocoa Exchange.
Le LIFFE traite essentiellement le cacao d’origine Africaine et le café Robusta. Le CSCE traite les cacaos Asiatiques et d’Amériques du Sud et le café Arabica.

5. Organisation du Marché à Terme
Le marché à terme comprend:
– une organisation centrale chargée de:
a) veiller au bon fonctionnement du marché;
b) édicter les règles
– Une Chambre de Compensation, la London Clearing House (LCH), chargée d’assurer la sécurité financière du système pour faire face à toute défaillance d’un opérateur. Elle est bâtie autour:
– d’un fonds de garantie;
– et d’un mécanisme d’appel de marge pour couvrir les risques liés aux variations des cours.

6. Les Sociétés membres de la Bourse
Les sociétés membres interviennent autour de la corbeille ainsi que les sociétés indépendantes: courtiers, brokers ou commissionnaires agréés qui sont chargés de passer les ordres d’achat ou de vente en bourse pour leur groupe ou pour des clients extérieurs.

7. Les Opérateurs
Les principaux opérateurs du marché à terme sont:
– les exportateurs;
– les industriels de 1ère transformation dont les plus gros pour le cacao sont: Cargill, ADM, BARRY CALBAUT;
– les industriels alimentaires: NESTELE, MARS, HERSHEY FOODS, CADBURYS, KRAFT JACOB SUCHARD;
– les spéculateurs qui assurent la liquidité du marché. Il existe deux catégories de spéculateurs:
a) les spéculateurs professionnels;
b) les spéculateurs amateurs.

8. Le fonctionnement du marché à terme
Les éléments permettant de bien comprendre le fonctionnement du marché à terme sont:
1. le fonctionnement de la corbeille (des traders: agents chargés des opérations d’achat et de vente de cacao physique, de couverture sur le marché à terme, de vente de beurre de cacao, autour de petites corbeilles arrachent à la criée des contrats standards);
2. la forme du contrat: standard (exemple de contrat: livraison d’un lot « 10 tonnes » en décembre 2003, prix 1 000£ la tonne);
3. les périodes de livraisons (mars, mai, juillet, septembre, décembre);
4. les opérations de compensation ou de liquidation (compenser les pertes ou vendre les positions);
5. les différends types d’ordre:
a) ordre à prix fixé exécutable le même jour (vente ou achat irrévocable à réaliser le même jour);
b) ordre au mieux (le courtier peut conclure un contrat au meilleur cours du marché).
6. les marges et appels de marges: les marges sont des dépôts auprès de la chambre de compensation complétés tous les jours en fonction de l’évolution de la valeur des contrats. Le montant des marges est fixé en général à 10% de la valeur vénale du contrat.

9. Les Opérations sur les marchés à termes
Les opérations sur les marchés à terme sont:
1. la couverture (ou hedging): l’opération de couverture consiste à limiter les risques de fluctuation des prix sur une position en achat ou en vente par une opération inverse sur le marché à terme;
2. le prix à fixer: le contrat de vente ne précise pas le prix. Il représente l’accord ferme de livrer et d’accepter une quantité de cacao physique d’une certaine origine à prix déterminer suivant les cotations du mois de livraison considéré, plus ou moins le différentiel convenu;
3. les opérations spéculatives: elles consistent à acheter et à vendre des positions dans le but de réaliser des profits de la revente ou du rachat des positions initiales du fait de l’évolution des cours.
4. les opérations jumelées: ce sont des opérations faisant intervenir plusieurs positions sur le terme.
5. les options: ce sont les contrats par lesquels l’acheteurs ou le détenteur des options acquiert le droit et non l’obligation d’acheter ou de vendre une certaine quantité de produits à un prix fixé d’avance, pour une période donnée moyennant une prime.

DAGOBERT BANZIO in « COMPRENDRE ET OPERER DANS LES FILIERES CAFE-CACAO EN DIX MODULES ».

Comment here